Ajouter aux favoris / Voter pour ce site / Forum de discussion / Partenariat / Le site recrute

 

 

 

"La musique, c'est comme une piste de ski. Quand tu la descends, c'est à toi de bien prendre les virages, avec les bons mots, avec le bon flow..."

FABE aime les images, quand il parle comme quand il rappe. Mais pas question de collectionner les belles photos pour faire des clichés. Pas d'histoires de mafia où rôde un Al Paccino en PAL/SECAM. La vérité est ailleurs...beaucoup plus près, même si ce genre de démarche n'est pas toujours synonyme de facilité.

"Je ne peux pas raconter ma vie au Far-West en 1880...Le rap n'est pasfait pour ça, mais pour parler de ce qu'on connaît".

FABE parle de la vie avec des mots simples qu'il sait faire sonner pour leur donner toute leur efficacité. Pas pour faire plaisir, ni pour faire peur, mais pour dire les choses et si possible les faire évoluer. Un magazine anglais l'a surnommé "le poète" et c'est réellement l'une des plus belle écriture du rap français. Histoire banale de gosses qui ne partent pas en vacances ("Quand J'serai Grand", troublant single cet été), ou réflexion bien sentie sur un personnage de sinistre augure (Jean-Marie), FABE, par rapport à un contexte bien réel, prend ses responsabilités, avec un stylo et une feuille de papier. Sans grandes déclarartions incendiaires. Sans démagogoie ni slogans faciles qui poussent au crime.

Avec un style bien à lui : celui d'un artiste qui a pesé ses mots avant de finir un couplet...Impertinent parfois (c'est d'ailleurs le titre d'un de ses nouveaux morceaux ), posé la plupart du temps. Ni superstar, ni super-héro (là encore, on est dans le disque...). Acharné et exigeant dans son écriture. Concerné: "Je rappe comme je respire. C'est ça ou rien". Bref, pour FABE, le rap est une chose sérieuse qu'on a pas le droit de débaucher. C'est ce qui fait que, depuis ses débuts (et parfois malgré les malentendus que son approche a pu suciter), FABE est une voix unique (la troisième voie?) dans l'univers du rap français. "Détournement De Son", son troisième album (le plus abouti à ce jour, au niveau de l'écriture comme au niveau du son, supervisé par Cut Killer et quelque-uns des meilleurs DJ français de Hip Hop du moment), reflète cet état d'esprit qui donne au rap toute sa légitimité : que les mots servent à dire et à toucher plutôt qu'à séduire ou endormir. Qu'on peut détourner le son, mais pas le sens...Jamais. "Vous m'excusez, y a tellement d'frères qui souffrent et qui sont muets que j'suis obligé d'causer"

Dernier album :

 

Il y a 27 ans : FABE naît dans le 10ème arrondissement. Enfance à paris, en banlieue, en province. Le décor est toujours un peu le même : "Tu changes juste d'appart', pas d'environnement"..

Il y a un peu moins longtemps : petits boulots et débuts hip-hop.

1995 : premier album ("Befa surprend ses frères ")

1997 : deuxième album ("Le Fond et La Forme"). Participe aux titres: "Epoque de fou remix" (album de KOMA) "l'Enfer" (album de IAM) "11'30 contre les lois racistes" (collectif)."Un sujet de prédilection pour moi..."Mots vrais" (maxi hommage Eastwoo) "Mal Partis" (avec K.REEN et KOMA)

Eté 1998: "Quand j'serai grand" (single)

-- détournement de son --

Octobre 1998 : "Détournement De Son", avec Cut Killer, Cutee B., Medhi, Stofkry, Haroun et Logilo au son, Scred connexion et KOMA aux textes : "360° autour de moi, où chaque morceau correspond à un aspect de mes réalités. Un album où, pour que ça marche, "il ne faut pas enlever un titre"...